Historique

Après une année entière d’intenses préparations, le premier « Festival des tapa, liens culturels d’Océanie » s’est tenu à Tahiti en Novembre 2014. Cet événement qui regroupa plusieurs dizaines de spécialistes et tapa makers de la zone Pacifique comprenait un colloque international de trois jours, un cycle de conférences, des démonstrations, des ateliers pratiques, une exposition au Musée de Tahiti et des Îles et trois expositions d’artistes associés volontairement au projet.  Soutenu par les autorités du Pays et largement médiatisé, l’événement remporta un vif succès populaire, suscitant un regain d’intérêt pour ce matériau plutôt méconnu du grand public.

            C’est au cours de ce Festival, qu’afin de ne pas perdre tout ce qui avait pu être présenté, l’idée d’un livre consacré au tapa est née. L’initiative fut proposée à la vingtaine d’intervenants du colloque qui y adhérèrent avec enthousiasme, acceptant de céder leurs droits tant sur les articles que sur les illustrations. Mais il n’était pas question que l’ouvrage soit les « Actes du colloque » et il fut donc décidé d’élargir la zone concernée et d’ouvrir la participation à de nouveaux auteurs, utilisant les réseaux spécialisés du Pacifique. Et c’est ainsi que dès Novembre 2014 les articles furent réceptionnés pour atteindre une soixantaine. Cet enthousiasme n’était pas sans conséquence sur le nombre de pages et donc sur le coût du projet. Il fallut alors se lancer dans la recherche d’importants financements. Il convient là de remercier les services du Haut-commissariat de la République en Polynésie française qui, tout comme les services du Ministère de la Culture de Polynésie française et la Direction des Patrimoines du MCC, eurent à coeur de soutenir le projet et de dégager les crédits nécessaires. L’édition de l’ouvrage a été possible grâce au financement apporté par le FONDS PACIFIQUE (Etat), le Ministère Polynésien de la Culture, de l’Environnement, de l’Artisanat et des Mines, en charge de la promotion des langues et de la communication (Polynésie française), le Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des Patrimoines (Etat), Air Tahiti Nui, La Communauté de Communes des Îles Marquises,(CODIM) et l’Association TAPA.